Et si j’allais au théâtre?

Je vais régulièrement au théâtre avec une amie, simplement parce que apprécions toutes les deux le théâtre, et également parce que c’est l’occasion de se faire une petite sortie juste à nous deux, de partager notre ressenti de parler de sujets qui ne seraient sans doute pas venus sur le tapis si nous n’avions pas vu telle ou telle pièce. En-dehors de ça, c’est notre moment papote autour d’un verre après la pièce.

En regardant la programmation du festival « Théâtres nomades« , je suis tombée sur le titre d’une pièce qui a retenu mon attention, à savoir : « Du fil à l’aiguille » par la Cie Don’t paniek. Je pense donc que je retournerai au théâtre des Riches claires en décembre prochain au plus tard. C’est un petit théâtre sympa.

La thématique m’intéresse évidemment, le recyclage textile, faire quelque chose de neuf avec de l’existant. C’est ce qui était très gai aussi dans ma récente expérience des balades contées. Créer avec peu de moyens.

Sinon, c’est ce vendredi au Parc de Bruxelles, et si vous y allez, donnez-moi votre avis.

L’Italie de mon cœur…

DSC_0556.JPG

En rentrant de vacances cette année, nous nous sommes arrêtés 3 jours en Toscane, dans la province d’Arezzo, plus précisément dans la vallée du Casentino. Peu importe où l’on va en Toscane, tout est beau, on mange bien, il y en a pour tous les goûts (sport, nature, culturel, mode, …).

      Capture d_écran 2018-08-18 à 18.03.00 Capture d_écran 2018-08-18 à 18.13.31

Après avoir passé 10 jours sur la côte calabraise pour le plus grand plaisir des enfants, on s’est offert une petite parenthèse à Poppi. Beau petit village dont le château a été épargné malgré la Bataille de Campaldino de 1289 opposant les Guelfes et les Gibelins florentins. La région est connue pour sa laine « Panno Casentino ». Non loin de Poppi, se trouve le village de Stia où est produite la laine typique. De nombreux manteaux et accessoires sont confectionnés là.

Après avoir visité la filature Arpin à Seez en France l’an dernier, nous avons visité le «Museo Dell’arte de la lana» à Stia. OK, j’ai un peu imposé mon choix personnel 😜, mais j’ai quand même fait 10 jours de crêpe à la plage, alors qu’à la base, ce n’est pas trop mon truc…

Ces métiers qui touchent à la création textile et à l’univers de la couture et de la mode m’intéressent toujours autant. La visite est intéressante et le cadre est beau, cela dit, nous n’avons pas eu droit à une visite guidée telle que chez Arpin que je recommande chaudement. C’était gai de faire le parallèle entre les deux. Ici, c’est vraiment un musée que nous avons vu, tandis que la filature Arpin, produit encore actuellement.

Quant à la confection, il y a « TessilNova » dont un magasin se trouve juste à côté du musée, et il y a Tac’s qui se trouve ailleurs à Stia. J’ai également été y faire un tour. Les confections sont magnifiques, et j’ai acheté 3 mètres de « Fustagno » qui est en coton au toucher « peau de pêche » pour lequel j’ai déjà un projet en tête. Le « Panno Casentino » qui est le plus connu, est une laine à effet bouloché, et personnellement, j’aime moins cet effet. Si je devais y retourner, je demanderais chez Tac’s pour voir la production actuelle. C’est apparemment possible sur rendez-vous.

Rendez-vous dans quelques mois pour voir le résultat de mon projet.

Une Tulipe graphique

Et voici une version toute en couleur de la jupe Tulipe.

J’avais déjà cousu la robe Tulipe de « Dessine-moi un patron » pour la Noël. J’aimais bien les emmanchures américaines, et l’effet boule de la jupe. J’avais opté pour un tissu graphique en laine que j’avais déniché chez Natacha Cadonici. Vous ne la connaissez pas? C’est une styliste belge que j’ai découverte via une amie Designer. Elle est drôle, sympa, tout comme ses collections.

Bref, j’avais trouvé le modèle du patron un peu technique, d’autant plus que j’ai essayé d’aligner les motifs au mieux. Mais en même temps, ce n’est pas gai quand il n’y a aucune difficulté. C’est toujours un petit défi personnel. Tout est bien expliqué dans le livret, et un tuto est également disponible sur le site internet.

Six mois plus tard, j’ai eu envie de la jupe sur base du même modèle, et haute en couleurs. Et bien, c’était déjà plus rapide étant donné que j’avais déjà testé le patron, qu’il était donc déjà décalqué dans ma taille. Comme pour la robe, j’ai rallongé le modèle de 5 cm, et j’aurais pu la voir encore un peu plus longue. J’essaierai de garder ça en tête si jamais je fais une troisième version.

Ce qui est top aussi dans cette jupe/robe, c’est qu’elle a des poches. C’est toujours pratique quand on en porte une.

Décidément, j’aurai déjà décliné ce tissu à gogo dans différentes versions. Une jupe un peu osée en couleur, qu’il faudra marier avec un haut uni pour apaiser la tenue.

Anne Charlotte LAP

Il y a des tissus qui vous inspirent… Et puis, il y a aussi des patrons sur lesquels vous flashez, pour le modèle, la coupe, ou juste un petit détail. Et celui-ci en est un ! Alors je l’achète, et il reste quelque temps « en veille » parmi tous les projets qui m’attendent déjà, et le temps qui manque.

J’ai acheté ce patron pour le détail des manches, parce que ce sont ces pétales qui font tout, et que je savais très bien quels tissus je choisirais pour mettre ce patron en valeur.

Le livret du patron est complet et bien expliqué, ce qui est d’autant plus agréable quand on s’y met. D’un point de vue personnel, j’ai découpé le nombre de pétales en double, pour les avoir recto-verso. Je trouve que le rendu est mieux fini. C’est d’ailleurs presque la découpe des pièces qui prend le plus de temps, et la pose du biais ^_^ La couture est rapide, il n’y a pas de fermeture éclair, c’est donc un stress en moins. Etant donné que je suis assez cambrée, j’ai envisagé de faire des pinces dos, mais j’avoue que je n’étais pas franche, par peur de tout foirer. En mettant les épingles pour voir le nombre de centimètres à retirer, je me suis vite aperçue que je devrais alors également envisager de poser une fermeture éclair. J’ai abandonné l’idée des pinces dos, et j’ai opté pour une ceinture qui souligne la taille, en réutilisant le tissu des pétales pour contraster.

Je l’ai portée pour les funérailles de ma grand-mère, elle détestait le noir, j’étais donc parfaite en rouge et bleu pour l’accompagner. Parce qu’après tout, ça met un peu de couleur dans ces moments tristes.

Mon Sirius RED

C’est ma première version du patron I AM Sirius, qui n’est certes pas compliqué en soi. C’est peut-être sur la partie plissée qu’il fallait le plus s’appliquer. Je voulais absolument tester la partie plissée avec mon tissu graphique que j’utilise à toutes les sauces. Il faut bien insister sur les plis à chaque fois, vu qu’il s’agit d’un coton, le tombé n’est peut-être pas aussi fluide que si j’avais choisi un organza. Mais le rendu donne assez bien avec le sweat rouge chiné sur le marché du tissu à Namur.

Il a un look sportif chic, à porter sur un jeans en toute occasion !

J’envisage une deuxième version avec le dos en dentelle ou une autre matière pour jouer avec la transparence. A méditer. A présent, je laisse le Sweat un peu de côté. Vu la météo des dernières semaines, place à une tendance plus estivale.

La robe Centaurée – Deer & Doe

J’avais craqué sur le patron de la robe Centaurée il y a un petit temps déjà, mais il y a tellement de projets qui sont en attente que je devais d’abord finaliser d’autres choses. J’aime beaucoup l’idée des découpes géométriques sur le buste qui permettent d’associer différents tissus, d’ajouter des motifs sur une dominante unie.

Le fait que ce patron propose deux versions est appréciable, ça permet de refaire le même patron en ayant un résultat différent et pour d’autres occasions sans avoir l’impression de coudre le même projet, et en plus de rentabiliser le patron.

J’ai un bœntje  (ou coup de cœur, c’est selon 😆) pour la version « longue », qui plus est… asymétrique. Ça lui donne un look sympa. Ceci dit, ça ne m’empêchera pas de faire la version courte plus tard !

Le patron ne présente pas de difficultés majeures, excepté la fermeture à glissière invisible pour laquelle je stresse toujours. Personnellement, j’ai dû m’y reprendre à deux fois pour aligner les pointes des triangles sur le buste, mis à part cela, ce fut un bonheur à coudre et un projet assez rapide.

Quant au choix des tissus, je voulais que la partie jupe soit assez fluide, j’ai donc opté pour une crêpe de viscose mustard et un batiste de coton « Twist mustard », tous les deux de chez Atelier brunette, histoire d’avoir le petit rappel de couleur « mustard » de l’uni dans le motif du buste.

Pour le biais des bretelles, j’ai décidé de le faire moi-même dans le biais du tissu à motif pour rester dans le thème. Tous ces petits détails sont tellement plus agréables pour l’œil. Et plutôt que de coudre les bretelles comme prévues initialement sur le patron, j’ai voulu en faire des bretelles croisées, car je trouve que c’est tellement plus joli dans le dos.

Et maintenant, je passe au projet suivant…

L’Atelier du Méjanet

Je vous ai vaguement parlé de l’Atelier de Méjanet dans mon post du pantalon Sorell. J’y reviens à présent avec plus de détails.

Je vais de temps en temps dans la région des Cévennes, région dans laquelle nous partions en vacances avec mes parents quand j’étais gamine. Ils devaient adorer la région car ils y ont acheté une maison. J’ai donc un pied-à-terre pour passer des vacances, vivre au ralenti sous le soleil du sud. Là-bas, le temps semble s’être arrêté, c’est un peu comme un retour à l’essentiel… Le vendredi, c’est le marché de Ganges, où j’y ai découvert quelques artisans dont Annelies de l’Atelier du Méjanet. C’est une belge de Gand, qui s’est formée en céramique en Bourgogne. Elle crée de ses mains de la vaisselle aux lignes épurées. J’ai eu un coup de cœur pour son talent.

Mais quelle ne fut pas ma surprise quand je l’ai revue au Marché de Noël de Gand pendant les fêtes. J’ai craqué pour une jolie paire de boucles d’oreilles, et des petits  boutons. Quelle bonne idée pour ne pas gaspiller les restes de terre. Pour les amateurs et artistes en herbe, elle organise des ateliers dans cette belle région.

IMG_2379

Et puis, pour les passionné.e.s de couture comme moi, sa gamme de boutons est  juste magnifique. Juste ce qu’il faut pour finir un vêtement, ces petits détails qui comptent…

IMG_2929.jpg

Les Tailleurs de Rêves

Il y a des projets qui vous motivent. J’ai inscrit mes enfants à un stage de contes dans le cadre des balades contées d’Enghien. Dans un esprit d’entraide, il a été proposé aux parents de participer à la mise en place de cet évènement, que ce soit au niveau de la préparation, du bar, des costumes, des décors, etc.

J’ai sauté à pieds joints dans cette nouvelle aventure, en proposant mon aide pour la couture et la customisation de ceux-ci, sans trop savoir dans quoi je me lançais. Nous avions un premier rendez-vous fin juin au Centre Culturel afin de prendre connaissance du scénario et des différents personnages des scènes. Il nous fallait déterminer ensemble les costumes à réaliser, à éventuellement customiser ceux qui étaient déjà existants dans les combles du centre culturel. C’était une première chouette rencontre, un moment de partage et d’idées. Tout cela dans la créativité.

J’aime beaucoup la créativité, le théâtre, c’était une occasion à saisir sans trop réfléchir, et également de participer à un évènement local de l’intérieur, de rencontrer des personnes ayant les mêmes intérêts.

Les rencontres coutures se sont succédées en fonction des disponibilités de chacun, les essayages également. Coudre, retoucher, customiser, décorer,… Tout ça avec des vêtements, des tentures de récupération. Tout se recycle.

Les balades dans la « Forêt des secrets » étaient superbes! C’est juste magique, encore plus de nuit que de jour. Ces enfants et ados jouent magnifiquement bien, certains sont vraiment à fond dans leur rôle, quelques touches d’humour bien placées.

Une belle aventure à réitérer.